Découverte des Loups-Garous de Thiercelieux

Publié le par Sempai

Parfois, en séminaire de travail, on peut avoir de bonnes surprises, celle de faire mieux connaissance avec ces collègues en dehors du cadre professionnel ou celle de découvrir un jeu, que beaucoup connaissent, mais qui pour ma part était ma première rencontre ludiquement parlant. Il s’agit du jeu : Les Loups-Garous de Thiercelieux.

 loup garou.jp

Plutôt que de faire un pitch scolaire sur les règles, je vais le faire en présentant la manière dont s’est passée la soirée. Le jeu permet de jouer jusqu'à 18 personnes et un meneur de jeu. C’est un jeu de « vote », au cours duquel, les personnes vont décider d’éliminer un personnage à chaque tour de jeu. Le but étant d’éliminer tous les loups-garous du groupe.

 

Des cartes indiquent le type de personnages que chaque joueur va incarner durant la partie (3 loups-garous ou simples villageois, dans notre cas). Pour notre part, n’ayant pas le jeu sous la main, le MJ a écrit de mémoire sur du papier les différentes cartes. 
De manière à ne pas avoir que des « loups-garous » face à de simples villageois, nous avons introduit un certain nombre de personnages spéciaux, comme la Voyante, le Chasseur, Cupidon, la Sorcière, le Maire, le Joueur de Flute, l’Ancêtre et la Petite Fille.

 

Notre meneur de jeu, Yannick, a distribué à chacun une carte, que le joueur doit consulter discrètement de manière à garder secrète son identité. Une succession de phases de jeu s’enchaîne à partir du moment où tous les personnages s’endorment. Durant la nuit, seuls les loups-garous peuvent avoir les yeux ouverts afin de décider quel villageois sera sacrifié. Mais la petite fille a également la possibilité d’avoir les yeux ouverts, ou plutôt mi-clos car elle doit tout faire pour identifier les loups-garous sans se faire remarquer (sinon, ils voteront pour l’éliminer). Une fois la désignation de la victime de la nuit par les gours faite, les autres personnages « spéciaux » entrent en jeu. Cupidon va lier 2 personnes à la vie à la mort, ainsi si l’un des deux est tué lors d’un vote, son âme sœur le suivra dans ce tragique destin. Bien évidemment, les deux personnes « liées » en on conscience, elles ouvrent les yeux le temps de s’identifier puis se rendorment. La voyante a la capacité spéciale de voir, chaque nuit, la carte d’un joueur et ainsi de savoir quel rôle le joueur joue. La sorcière a la possibilité, grâce à une potion et une seule durant tout le jeu, de ressusciter une victime des loups-garous, mais une sorcière ne serait pas une sorcière sans un petit côté sombre, puisqu’elle a également la possibilité de tuer un personnage via une autre potion unique.

 

Le joueur de flûte fait alors son entrée en charmant 2 personnes. Les effets de cet enchantement ne sont pas les mêmes que ceux engendrés par Cupidon, puisque ces deux personnes ne sont pas liées à la vie à la mort. Le but du joueur de flûte est de charmer toutes les personnes du jeu et de devenir ainsi le maître du village. Vous l’aurez compris, c’est un personnage qui ne doit pas parvenir à ces fins et que l’on doit démaquer.

 

Après avoir gardé clos nos yeux un petit moment (c’est la dur loi de n’être qu’un simple villageois), le jour se lève l’on révèle quelle fut la victime de la nuit. Puis, sentant qu’il pourrait y avoir des traitres parmi les personnes du village, un conciliabule se tient et un vote est à nouveau effectué, vote impliquant TOUTES les personnes. Commence alors la suspicion, les hypothèses concernant un bruit que l’on a pu entendre alors que l’on avait les yeux fermés, la manipulation par les garous ou le mauvais feeling de certaines personnes induisant alors en erreur les autres, conduisant à l’élimination des villageois. C’est un peu le résumé de cette première partie, à savoir qu’au fur et à mesure des tours, les villageois étaient éliminés alors que les garous renter au nombre de 3. Rapidement, tout de même, le joueur de flûte fut éliminé mais la menace garou pesait toujours. Lorsque le personnage du chasseur fut tué, ce dernier a la capacité de désigné une personne qu’il entrainera avec lui dans la mort mais le choix de notre Chasseur ne fut pas le bon, entraînant un nouveau villageois avec lui. La carte de votre humble serviteur n’était qu’une simple carte « Villageois » et j’ai pu tenir jusqu’à la moitié du jeu, mais ma perte sonna lorsque tout le monde pensa que j’étais un garou pour d’obscures raisons de jalousie (je plaisante).

Au final, cette partie s’est terminée par une victoire éclatante des garous sur les villageois, car les 3 loups-garous ont terminé le jeu. Longtemps le doute a perduré concernant l’identité des garous (même pour les joueurs évincés de la partie) car à chaque nuit tombée, 4 personnes et non 3, avaient les yeux ouverts. Il faut dire que Maud, jouant la petite fille, n’avait pas compris le principe et ouvrait grand les yeux en même temps que les loups-garous, votant même pour l’élimination des autres villageois.

 

Dans l’enthousiasme général, une seconde partie fut décidée, incluant 2 nouvelles personnes, ce qui nous a conduit à ajouter un loup-garou supplémentaire et un nouveau personnage spécial, le Voleur. Ce dernier a la capacité, après la distribution des cartes et la fermeture des yeux du groupe, de se réveiller une fois et de choisir entre 2 cartes restant dans la main du MJ. Dans le meilleur des cas, dans ces cartes, il peut y avoir une carte garou, une carte personnage spécial ou 2 cartes villageois (ce qui est déprimant pour le joueur).

 

Pour cette seconde partie, le sort me désigna comme « Maire » du village. Cette partie se déroula bien mieux que la précédente, les garous furent en partie démasqués notamment par le fait qu’Eric désigna Julie très rapidement comme étant un garou (sans raison apparente). Lors de l’élimination d’Eric, le fait que sur sa carte était notée « Voyante » nous a tous conduit à voter pour l’élimination de Julie « Garou ». Puis, lors de l’élimination du Chasseur, ce dernier (Sandra) eut un excellent feeling en désignant un garou pour la suivre dans la tombe. Le plus inquiétant était le fait que le joueur de flute continuait de charmer 2 personnages à chaque tour et qu’il ne restait plus qu’un seul tour avant sa victoire. Par chance (et déduction), Julien le flutiste, fut éliminé juste avant son sacre. L’étau se resserrait autour du dernier loup-garou et nous arrivâmes à un moment où il ne restait que 3 personnes, dont le Maire (accessoirement, moi). Sachant que je n’étais pas un loup-garou et que ma voix compte double (en cas d’égalité dans les votes, c’est le choix du Maire qui est prioritaire), cela signifiait que j’avais entre mes mains la conclusion de la partie. En éliminant la bonne personne, nous gagnons, nous simples villageois, si je me trompais, durant la nuit qui suivrait, le loup-garou me tuerait et remporterait la partie. Le choix fut cornélien, entre un Jilian très participatif et une Maud très en retrait. Mon choix se porta donc sur Maud, à cause du fait d’avoir toujours été effacée durant la partie, même dans les moments importants.

 

Conclusion : je me suis trompé car c’était bien Jilian le dernier loup-garou, qui me tua la nuit suivante, donnant ainsi une seconde victoire pour le clan des loups-garous.

 

Mon avis sur le jeu : j’ai beaucoup rigolé, j’ai pris plaisir à jouer, même si certaines personnes (qui connaissaient le jeu) m’ont signalé que nous étions trop nombreux et qu’un nombre de 8 à 10 joueurs est préférable. J’aimerai renouveler l’expérience, même si l’inconvénient reste de rassembler autant de joueur autour d’une même table de jeu.

Publié dans Divers

Commenter cet article