Un dimanche découverte

Publié le par Sempai

Quoi de mieux qu’un après-midi JdP par un dimanche gris ? A cette question, certains d’entre nous avons répondu : Rien !

De ce fait, autour de notre table de jeu, et de gâteaux, se sont retrouvés :

          - Fish

          - Jérémie

          - Ludovic

          - Pixie

          - Virginie

          - Sempaï

 

Après un échange de courriels avec Ludovic (possesseur de plus de 270 jeux), nous sommes parvenus à une première sélection :

          - Shadow hunters

          - Wheedle

          - Petits meurtres et faits divers

          - Korsar

          - Hanabi et Ikebana

          - Skulls’n’roses

 

Shadow hunters

shadow hunterParmi les jeux proposés dans la présélection faite par Ludovic avant cet après-midi, ce jeu avait tout mon intérêt. Le principe de base est relativement proche du jeu Wanted !, à savoir un jeu où l’on ne connait pas l’identité des autres et qu’il va falloir démasquer afin de remplir ses objectifs personnels. Ici, 3 types de rôles sont possibles à endosser: les neutres qui se retrouvent au centre d’un combat millénaire entre les hunters (chasseurs) et les shadows (ombres). Le but des chasseurs est de tuer les ombres, et vice-versa, alors que les neutres vont avoir des buts plus précis à réaliser tels que se faire tuer en premier (pour remporter la partie) ou tuer tel type de créature, par exemple.

 Le jeu est rapide, environ une demi-heure et bascule entre acharnement (avec ou sans raison) sur un personnage, tentative de soutirage d’information pour identifier dans quel camp se trouve les autres joueurs.

Au début de la partie, suite à l’utilisation de bâtons de dynamite, Jérémie est le premier à perdre des points de vie (3), puis à se faire blesser lors d’un combat. J’en profite pour infliger 4 points de dégâts, sans raison (ou presque) à Jérémie en enchainant l’utilisation d’un pouvoir d’une carte et un combat.

Voyant cela, Ludovic réplique en me faisant perdre mes 3 premiers points de dégâts, premiers d’une longue liste. Fort de ce soutien, Jérémie se venge en me blessant (-2PV) et en profite pour se soigner (1PV). A ce stade du jeu, Jérémie et moi-même sommes en mauvais état alors que les autres joueurs n’ont pas décollé.

Les différents échanges, affrontements, cartes bonus, nous conduisent à un instant crucial: il ne me reste qu’un point de vie. Je suis un hunter et je sais que mon sort ne tient plus qu’à un fil, je me dois de réagir et de finir en beauté. Sachant, via une carte vision, que Ludovic pouvait être hunter ou shadow, j’utilise une nouvelle carte vision qui me révèle sa nature démoniaque. S’en est trop pour moi: je me révèle aux yeux des autres, empêche Ludovic d’utiliser ses pouvoirs jusqu’à la fin de la partie et le blesse de 6 points de dégâts grâce à un excellent jet de dé et de la Sainte Lance, la lance de Longinus.

Gravement blessé, mais pas mort, Ludovic m’achève sans aucune pitié.

Insidieusement, Pixie se place de manière à attaquer Ludovic et parvient à le tuer. A ce moment précis, elle déclare simplement avoir gagné la partie puisqu’elle vient de tuer un personnage de 13 points de vie. Tout le monde est sous le choc de la nouvelle mais félicite chaleureusement Pixie d’avoir réussi à mettre en pratique sa stratégie.

 

Wheedle

wheedleCe petit jeu de cartes nous plonge dans la peau de traders. Le but du jeu est de parvenir à être majoritaire pour les compagnies qu’on détient. C’est un jeu d’échange de cartes, de bluff, de manipulation d’autrui. Très dynamique, très bruyant, le fun arrive très rapidement, d’autant plus lorsque l’on sait qu’une carte se retrouve au centre de la table et que cette carte représente LA compagnie qui sera en banqueroute à la fin de la manche (rapportant bien évidement des points négatifs à tout ceux qui possèdent des cartes de ce type). Cette carte peut à tout moment être remplacée par une autre ce qui rend non plus fixe la compagnie en banqueroute mais aléatoire, jusqu’au dernier moment.

Au cours de la première manche test, l’entame de la partie a surpris tous les joueurs qui découvraient ce jeu, nous ne nous attendions pas à assister à une telle déferlante de paroles, de nécessité de répondre et réagir rapidement. Une fois la surprise passée, Fish a été le grand gagnant :

          - Fish : 20 points

          - Pixie : 8 points

          - Jérémie : 8 points

          - Ludovic : 6 points

          - Sempaï : -2 points

          - Virginie : -4 points

 

Vu que tout s’était bien passé lors de cette manche test, nous décidons de mettre en place une véritable première partie, se déroulant en 6 manches. Je vous épargnerai le détail des manches, mais Jérémie a été le plus fort en remportant les 3 premières manches et Ludovic le plus surprenant en finissant 3ème alors qu’il avait perdu très largement les 2 premières manches.

Au final nous avons eu le classement suivant :

          - Jérémie : 75 points

          - Virginie : 43 points

          - Ludovic : 26 points

          - Sempaï : 24 points

          - Pixie : 16 points

          - Fish : 16 points

 

Petits meurtres et faits divers

petits meurtresIci, le but du jeu est, pour l’inspecteur, de mettre à jour le coupable d’un crime parmi tous les suspects (joueurs) de la table. Chaque suspect (mais innocent) doit donner un premier alibi en utilisant 3 mots (que tous les innocents ont en commun) alors que le coupable, lui, doit insérer dans son alibi 3 mots complètement différents (mais sur le même thème que l’enquête). Normalement, l’enquêteur doit parvenir à retrouver les 3 mots communs aux innocents afin de démasquer le coupable. Cela se passe en deux temps, une première série d’alibi est donnée par chacun des joueurs durant 1 minute, chacun étant invité à rebondir sur l’alibi de l’autre, utiliser les mêmes mots pour embrouiller l’enquêteur. Puis, après cette première série d’alibi, une seconde phase d’alibi se déroule, durant 30 secondes en utilisant une série de 3 autres mots.

L’histoire que Pixie (enquêtrice) a décidé de jouer est celle des Ferrari du Pas-de-Calais bridées à 32 km/h.

Cette histoire met en scène des militants favorables au bridage des voitures de luxe pour diverses raisons, qui leurs sont propres. Cela a abouti a une histoire mélangeant le Pas-de-Calais avec Monaco, des fusées, du goudron, des tachymètres, des chronos et j’en passe et des meilleurs.

Lorsque l’on est coupable (ce qui était mon cas) et que l’on a sa propre liste de mot devant soi, cela parait assez évident de repérer les mots des innocents, mais au final, devant tant d’histoires aussi alambiquées les unes que les autres, chacun utilisant des mots venant des alibis des autres, conduit assez rapidement à embrouiller l’esprit de l’enquêteur et termine par la mise en accusation d’un innocent. Ce fut le cas lors de cette affaire, où Pixie a accusé à tort, pour une fois, Fish d’être le coupable de cette affaire (je m’en suis sorti à bon compte).

 

Korsar

KorsarEncore un jeu de cartes. La configuration de notre table nous a permis de jouer par équipes de 2 afin de tenter de pirater les bateaux marchands des autres équipes.

Le jeu est très fun, stratégique, juste ce qu’il faut, marrant, permettant à des joueurs de jouer à pioche-pioche, pendant que d’autres s’acharnent à se dire victime d’agression tout en empochant le plus de points possibles. A ce jeu, Fish et Virginie ont été les meilleurs pirates, alliant diplomatie et sabordage de bateaux.

          - Fish - Virginie : 38 points

          - Jérémie - Ludovic : 27 points

          - Pixie – Sempaï : 25 points

 

Hanabi

IkebanaMalgré le fait d’être 6 à jouer, j’avais demandé à Ludovic de ramener Hanabi et Ikebana, jeu collaboratif pouvant être joué à 5 joueurs maximum. Le principe est simplement  génial (cela n’engage que moi), celui de devoir poser les cartes que l’on a en main, afin de faire une suite, sans voir ses propres cartes; ce qui veut dire que l’on voit le jeu de tous les autres joueurs sauf le sien. De manière à pouvoir poser des cartes, les autres joueurs peuvent et doivent dépenser des points pour donner une indication, qui porte uniquement sur le nombre de carte ayant le même chiffre, ou la même couleur.

Pour cette partie, Virginie a gentiment accepté de se retirer du jeu nous laissant découvrir ce jeu passionnant, mathématique il faut bien le dire puisque l’on voit les cartes des autres, les cartes que l’équipe a posé ainsi que les cartes défaussées, mais quel plaisir !!!!!

Notre équipe est parvenue à terminer la partie avec l’excellent score de 16 points, ce qui est excellent selon les règles du jeu.

 

Skulls’n’roses

Ludovic souhaitait faire découvrir à Fish et Jérémie, durant la dernière demi-heure de notre après midi JdP, ce jeu, malgré l’avis négatif de Virginie, Pixie et moi-même le concernant. La mécanique a surpris Jérémie et la partie s’est terminée par la victoire de Ludovic 2 manches contre rien pour les autres. Malgré cela, Jérémie s’interroge encore sur le fait que ce jeu a pu être l’un des jeux de l’année dernière.

 

Conclusion

En plus d’avoir été en excellente compagnie, nous avons pris beaucoup de plaisir à découvrir tout ces jeux, chacun ayant plus ou moins son chouchou. Je dois dire que Hanabi a été une belle confirmation et fera très prochainement parti de ma ludothèque, de même que très probablement Shadow Hunters.

Publié dans Divers

Commenter cet article