Perfidie quand tu nous tiens !

Publié le par Sempai

C’est le Grand soir. Les 4 mousquetaires (Fish, Jérémie, Laurent et Sempaï) se sont réunis pour tenter d’arrêter la perfide Pixie-Milady lors du premier test des Mousquetaire du Roy !

Les rôles ont été les suivants :

          - Fish : Porthos,

          - Jérémie : Aramis,

          - Laurent : D’Artagnan,

          - Pixie : Milady,

          - Sempaï : Athos

 Milady

Ayant déjà testé une première fois le jeu, j’ai conseillé à Pixie de ne pas jouer dès son premier choix de carte Paris, une carte qui pourrait faire que la partie se termine trop rapidement et nous sommes tombés d’accord sur le fait d’utiliser la carte « Trafiquant » pour l’entame de la partie. Pour le reste, je lui ai demandé de jouer d’une manière tout à fait naturelle, de manière à bien montrer toute la difficulté qu’auront les mousquetaires à parvenir à récupérer les ferrets de la Reine. Pixie ajouta, en plus, Laffemas pour corser le défi proposé au Louvre.

Dès le premier tour de jeu, les mousquetaires comprirent tout l’intérêt de planifier leurs actions afin de réaliser au mieux leurs actions, aussi bien échanges, résolutions de défis et duels. Les choix des joueurs se sont avérés bons, puisque D’Artagnan se débarrassa de Laffemas en sortant une botte secrète et par l’action conjointe d’Aramis et Athos, les deux défis ont été résolus dès ce premier tour. Il faut dire que Milady a été distraite, car elle aurait dû faire intervenir Rochefort lors de la tentative, réussie, de résolution du défi d’Aramis, chose qu’elle n’a pas faite. Elle se promit qu’on ne l’y prendrait pas deux fois.

À ce moment-là, Pixie décide d’imposer à Paris, la carte « Constance séquestrée » accompagnée de Brisemont et d’une courtisane augmentant alors de 1 la difficulté au défi de Galanterie.

Voyant cela, Porthos décide que c’est le moment de s’équiper un peu en achetant une cuirasse et une lame de Tolède. Pendant ce temps, Athos n’ayant que peu de choses à faire, décida d’entamer la quête des ferrets et choisit la bonne voie puisque deux leurres étaient présents sur son chemin.

La première mission au Louvre fut un échec, mais on ne put pas en dire autant pour la seconde puisqu’à peine proposée, et ce, malgré la présence de Jussac et de mendiants, le défi, le duel et l’embûche furent résolus en un seul tour, octroyant de ce fait 2 pions épopée à des mousquetaires très motivés.

La situation à La Rochelle, au fil des tours était plus que correcte, puisque les mousquetaires parvinrent à obtenir le pion épopée, sans toutefois obtenir la fameuse carte « tous pour un ».

Constance fut libérée pour à nouveau disparaître, avec dans son sillage Cahussac. Porthos parvient à se défaire de cet adversaire, après avoir remporté, au cours du même tour, un précédent combat. Athos s’engage alors dans une recherche effrénée de Constance et parvient en deux actions à réunir 5 des 6 épées demandées.

Bernajoux fait son apparition au Louvre, mais fut défait par un D’Artagnan qui avait préalablement décidé de s’équiper d’un pistolet et d’une cuirasse. C’est le moment que choisit Athos pour retrouver Constance en réussissant à sortir une sixième et dernière épée.

Tout ceci donne une image bien idyllique de la situation, et peut laisser à penser qu’aucune adversité ne résistait aux mousquetaires. Détrompez-vous, car pendant ce temps, ce dernier s’écoule et l’honneur de la Reine diminue petit à petit. De plus, la quête des ferrets n’avançait pas, bloquée au 2nd plateau. La chance des mousquetaires a été de disposer de beaucoup de pions épopée ce qui leur permit de baisser significativement la difficulté de deux des 4 défis proposés.
Voyant cela, et souhaitant nous voir nous démener encore plus sous son regard perfide, Milady décide de jouer une carte Urgence. Nous avions donc deux minutes pour réaliser l’ensemble de nos actions ! Athos, intelligemment (si Milady qui avait fait l’action présentée ensuite nous aurions dit « perfidement ») décida d’entamer un duel contre De Wardes, car ce mousquetaire savait qu’en réalisant un duel, le sablier était bloqué et donnait ainsi du temps à ses compagnons de réfléchir à leurs actions. Ne souhaitant pas rater son duel, Athos ajouta 3 cartes combat et réussit à placer sa botte spéciale améliorée à un De Wardes médusé.

Soupçonnant Athos d’être un dangereux adversaire, Milady plaça un sbire au Louvre, mais surtout une carte Némésis contre lui. Tout s’enchaîna, à Paris la mission fait référence à un message de la Reine, dont l’adversaire se trouve être La Hourdinière, épaulé par des voleurs. Milady se déchaîna en accélérant le curseur temps d’une case via l’utilisation d’une carte impasse. Nous sommes alors à 2 cases de la fin de la partie. Le tour suivant se déroula, en apparence, plutôt sereinement par la résolution du 3ème plateau des ferrets, puisque Milady se désintéressa des mousquetaires pour comploter avec Richelieu, lui permettant de choisir un nouvelle carte Perfidie en vue du dernier tour.

Cet ultime tour arriva enfin. Les mousquetaires prennent alors 5 minutes pour planifier leurs prochaines actions. Ils savent que tout va se jouer à ce tour. Ils sont tous présents sur le 4ème plateau de la quête des ferrets. Ils ont le choix de résoudre des défis de niveau 8 ou 8 duels. Ils ne sont pas dupes et savent parfaitement que Milady se trouve également sur ce plateau, ce qui va impliquer un duel avec Rochefort qui ne s’est jamais présenté au cours du jeu. La tension est à son comble, chacun regardant ses possibilités, jaugeant ce qu’il est capable de faire ou quel mousquetaire il va pouvoir aider. La première phase du tour est enclenchée. Tous les regards se tournèrent vers Milady. Elle choisit sa destination pour ce tour. Elle décide de ne pas jouer de carte Paris. Il ne lui reste plus que la possibilité de jouer une dernière carte perfidie. C’est à ce moment-là que la partie bascula, conduisant Porthos/Fish à jeter ses cartes au milieu de la table et plongeant les autres mousquetaires dans un mutisme et une telle déception où seul le rire machiavélique de Milady était audible. L’explication de ce rire triomphant et du désespoir éprouvé par les mousquetaires est simple. Milady ne s’est pas contentée de barrer la route aux valeureux et preux chevaliers de la Reine, elle les empêcha tout simplement de tenter quelque action que se soit en jouant une carte impasse, qu’elle avait récupéré au tour précédent chez Richelieu, conduisant à l’avancée inéluctable du jeton sablier d’une case, celle signant la fin de la partie.

Conclusion

Pour ma part, je dois dire que j’ai été le premier surpris, car malgré le fait d’avoir le sentiment de plutôt bien gérer la situation en résolvant des cartes Paris et Louvre, en s’équipant, ce sentiment est faussé par le jeton sablier qui avance inexorablement. De plus, toutes les petites embûches et autres perfidies de Milady parviennent petit à petit à ralentir l’avancée des mousquetaires et à faire que leur situation n’est pas si confortable. J’ai vraiment apprécié la coopération entre les mousquetaires et la stratégie durant la partie, chose que pour le moment nous n’avons pas vraiment vue lors de nos parties d’Horreur à Arkham (mais l’intégration d’extension est à l’ordre du jour). J’espère que les autres mousquetaires de la soirée ont également apprécié ce jeu et que nous y rejouerons très prochainement.

 

P.S. :l’image de Milady vient d’ici : http://tinyurl.com/28ddr9j

Publié dans Mousquetaires

Commenter cet article