Parano quand tu nous tiens

Publié le par Sempai

TheResistance

Après notre partie de Mousquetaires du Roy, nous changeons d’époque pour sauter directement vers le 23ème siècle et endosser les rôles de résistants ou d’espions d’un gouvernement totalitaire. Nous allons découvrir le jeu, The Resistance.

Le jeu se compose d’un petit plateau de jeu minimaliste sur lequel est placé l’ensemble des missions à organiser ainsi que le numéro de la mission en cours.

Le principe est simple, chaque joueur reçoit une carte personnage faisant de lui un résistant ou un espion. A chaque tour de jeu, le nouveau leader propose d’envoyer une escouade de joueurs (variant de 2 à 4 pour notre configuration à 6) afin de résoudre une mission. L’entérinement de l’escouade tout comme la bonne marche de la mission sont décidés par des votes à bulletin secret (pour l’escouade ce vote est réalisé par l’ensemble des joueurs, pour la réussite à la mission, seuls les PJ y  participant votent). Si une seule carte « échec de la mission » apparaît lors du dépouillement, la mission est un échec. Si 3 missions échouent, les espions gagnent, si 3 réussissent, les résistants remportent la partie.

Après la remise des cartes personnages, tous les joueurs ferment les yeux, seuls les espions les ouvrent (à la manière d’un Loup-Garou de Thiercelieux) avant de les refermer avec les autres.

Ce jeu est un jeu de bluff, de diplomatie, de fourbe, de parano et de comploteur.

Au cours de la première partie, durant la 3ème mission qui était menée par Fish, Jérémie et Sempaï, un vote « échec » a été placé, ce qui fait dire à Laurent, le plus sérieusement du monde, « il doit y avoir un espion parmi les trois ».

Par pur délire, Jérémie a accusé William d’être un espion puisque selon lui, il est impossible de parler en ayant les yeux fermés, chose que William avait fait.

La première partie s’est terminée par la victoire des espions, en la personne de Fish et de Laurent. Fish a réussi à manipuler William en le bluffant sur son intégrité, jetant le doute sur Flo, alors que Laurent a été très bon pour monter différents scénarios expliquant pourquoi untel ou untel pouvait être un espion et jetant même en pâture, pour se protéger, Fish lors de la quatrième mission. Un excellent Laurent !

Du fait d’avoir des parties relativement courtes, 45 minutes environ, nous engageons une seconde partie, mais en y ajoutant une petite extension qui introduit des cartes complot. Ces cartes permettent de devenir le leader à la place du leader, d’obliger un joueur à voter face visible lors des votes pour l’envoi des missions, etc.

Encore une fois, la séance de révélation des espions a été émaillée par de grands délires, tels que « J’ai entendu Fish réagir à ma grimace » (Flo).

Justement, Fish est condamné durant toute la partie à révéler ses votes à tout le monde. Au fil des missions le doute s’installe. Alors que le groupe Fish, Fo, Jérémie avait réussi une mission, le même groupe accompagné par Laurent échoue. Selon Flo, Laurent est un espion puisqu’il est le seul nouvel arrivant dans l’escouade. Malgré toute la logique de cette remarque, les espions étaient William et Jérémie car lors d’un vote, il a fait l’impasse de mettre en échec la mission pour finalement attendre l’innocent Laurent pour jeter le doute sur ce dernier.

Enfin, vu l’heure qu’il était, nous prenons la décision de faire une dernière partie au cours de laquelle les espions ne se révéleront pas, tout le monde pouvant douter de tout le monde. Avec cette version (qui nous est très personnelle) le rôle d’espion est encore plus intenable car lors des missions ne sachant pas si l’un de ses compagnons est un espion comme lui, le choix de voter pour ou contre la réussite de la mission est encore plus difficile à faire.

Cette partie a été encore plus paranoïaque, encore plus tendue, les démonstrations de culpabilité encore plus tirées par les cheveux, mais toute démonstration immisce un peu plus le doute. Selon William, ce jeu est un jeu où tu ne peux avoir confiance en personne car il a beau regarder chacun de nos visages, pour lui nous sommes tous devenus des espions. Toutefois, au cours d’un vote de mission, Laurent, grâce à une carte complot, regarde la carte que j’ai posée et voit le fait que je souhaite la réussite de la mission et l’annonce à tout le monde. Parfois, le sort vous aide, puisque ce même Laurent suite à une erreur de coordination retourna sa carte « vote positif » à la réussite d’une mission qui était organisée par Fish, Flo et Laurent (mission qui échoua). Pour nous il n’y avait pas de doute possible, vu sa tête, il était un résistant, d’autant plus qu’au tour suivant, Flo demande d’envoyer cette même équipe en mission ! Il n’y a plus de doute, Flo est un espion mais qui se cache derrière le masque de la traitrise ?

Après diverses tergiversations, je décide d’envoyer en mission William, Jérémie, Laurent et moi-même pour l’ultime aventure, aventure qui se termine par un échec, les espions sont une troisième fois vainqueurs du jeu. Il faut dire que j’étais le second espion.

Conclusion

C’est un excellent petit jeu où les parties s’enchaînent bien, sans temps mort, où on ne peut avoir confiance qu’en soi-même et où les probabilités embrouillent plus qu’elles n’aident. Il faut dire que la configuration à 6 joueurs doit être l’une des plus difficiles, puisque dès qu’un septième joueur rejoint le jeu, il n’y a plus 2 mais 3 espions. Cette configuration, à 7, permet également d’utiliser des cartes complot supplémentaires permettant notamment de regarder la carte personnage d’un joueur.

 

 

Publié dans Divers

Commenter cet article

William 29/03/2011 19:57


C'est un jeu de taré, je vois encore des espions partout...