Nyarlathotep ? Une menace ?

Publié le par Sempai

nyarla

La semaine dernière nous avions terminé la soirée sur un abandon de la part des joueurs, du fait de la durée de la partie et de la fatigue.

Ce soir, nous allons suivre le conseil de Tuin et choisir d’affronter Nyarlathotep, qui devrait nous permettre d’avoir une partie un peu plus courte. De plus, un renfort faisant parti du noyau dur d’Arkham (et de bien d’autres JdR) a fait son grand retour après des vacances bien méritées, je veux parler de Laurent.

Le choix des personnages fut le suivant :

 

          - Fish : Sœur Marie,

          - Jérémie : Le photographe

          - Laurent : Le professeur,

          - Pixie : La chercheur

          - Sempaï : L‘archéologue

 

Il y a des soirs où on sent très rapidement que la partie ne va pas être de tout repos. En effet, la première carte Mythe tirée, un environnement, nous empêche de sceller les portails. Un second point de destin est placé sur l’échelle du Grand Ancien lors de l’apparition d’un second portail. Heureusement, Laurent parvient à fermer son premier portail de la soirée grâce à une carte obtenue lors d’une rencontre. Toutefois, le sort semble s’acharner sur nous puisque notre professeur se trouve être maudit. Les contretemps s’enchaînent avec notamment Pixie qui se voit propulser deux fois de suite dans une zone où le temps et l’espace ne comptent plus. S’ajoute à cela, la présence d’un sombre rejeton de Shub-niggurath protégeant un portail vers Yuggoth. N’écoutant que mon courage, qui se transformera finalement en obstination puis en stupidité, je me propose d’aller régler son compte à ce Shubby. Ma première rencontre avec lui s’est conclue par un internement à l’asile d’Arkham. Ma seconde rencontre, immédiatement après avoir été traité, s’est conclue par le même résultat, un aller simple pour l’asile. Il aura été dit que je ne voyagerai pas dans les autres mondes et devrait rester à visiter la ville d’Arkham.

Après cette phase de « mauvais œil » s’en vient une phase de renforcement des personnages. Le photographe, via divers moyens magiques, parvient à éliminer de nombreux monstres qui avaient élu domicile dans les rues. Tant et si bien, qu’il fut promu au rang d’adjoint au shérif.

La chercheur, au cours d’une rencontre un peu arrosée, accepte un bras de fer avec Briston qui devient alors son allié (après lui avoir fait perdre deux points de résistance) et le photographe, voyant un chien errant dans les rues d’Arkham, décide d’adopter Duke.

Les choses semblent stagner, être en équilibre, des monstres dans les rues, des PJ qui courent partout sans fermer de portails et c’est justement ce dernier point qui fit monter d’un cran la pression autour de la table. En effet, au détour d’une question anodine sur le nombre maximal de portails autorisé à être présents, ouverts, en même temps sur le plateau de jeu, nous prenons conscience que le prochain portail à s’ouvrir conduira Le Chaos Rampant à se réveiller. La tension est palpable, et ce, pour deux raisons :

 

          - la première est que nous ne sommes pas suffisamment armés, prêts, pour le recevoir convenablement,

          - mais surtout, trois personnes sur les 5 présents ne possèdent pas de points indice, ce qui signifie qu’ils seront automatiquement dévorés par Nyarlathotep lors de son apparition.    

 

La partie devient alors une course contre la montre, entre les joueurs qui cherchent à tout prix à obtenir un indice pour survivre, au moins un round, et ceux qui souhaitent à tout prix au moins fermer un portail pour se donner un semblant d’oxygène. Tous les joueurs sont suspendus aux lèvres du 1er joueur lorsqu’il annonce la localisation du prochain portail « l’Innommable ». Heureusement, un portail est déjà présent dans ce lieu et c’est peut-être le tournant de la partie, car au tour suivant, Laurent scelle son premier portail grâce à un signe des Anciens. Pixie suit cet exemple et scelle également un portail. De mon côté, je suis cantonné au bas de la carte d’Arkham du fait de la présence de la langue sanglante et d’un polype volant en plein milieu de la ville. Je décide alors d’aller à l’église pour prier Nodens. Mes paroles, ou peut être mes larmes, ont été entendues, en partie, puisque grâce à un jet de dé, je parviens à retirer un point de l’échelle du destin sur la feuille du Grand Ancien.

Après cette phase euphorie, qui semble montrer que nous sommes particulièrement efficaces sous la pression, Pixie se fait maudire la contraignant à ne faire que des 6 sur ces dés pour parvenir à se sortir de certaines situations que l’on pourrait qualifier de désespérées. Pendant ce temps, Laurent continue son petit bonhomme de chemin, et ferme ou scelle portail sur portail. Fish, après avoir tué un grand nombre de monstres, se dirige vers le département scientifique où il obtiendra 6 points indices en échange de trophées.

Même si les PJ étaient actifs, les monstres ne rêvassaient pas, bien au contraire, car à un moment donné, le niveau de terreur de la ville atteint le niveau fatidique de 10, permettant à la ville d’être envahie par un nombre illimité de monstres. Heureusement, les 3 portails restant sur le plateau de jeu ont été soit fermés, soit scellés par Fish, Laurent et Jérémie.

Sur notre plateau de jeu rayonnait dans la nuit d’Arkham, 6 signes des anciens, repoussant Nyarlathotep, mais pour combien de temps ?

 

Conclusion :

La partie a été intense, très serrée. Elle s’est jouée en grande partie sur cette carte mythe qui n’a jamais permis au 6ème portail d’apparaître et sur des personnages qui ont su gérer les choses d’une bien belle manière. Nous noterons deux choses :

          - l’inutilité de l’archéologue durant cette partie, qui ne fit que du tourisme dans la ville d’Arkham,

         - et le fait que si un joueur devait être honoré du titre de vainqueur se serait Laurent, pour le nombre impressionnant de portails qu’il a fermé ou scellé.      

Publié dans Arkham

Commenter cet article