Les rats de l'espace envahissent l'Olympe

Publié le par Sempai

Nouvelles soirées jeux chez les extraventuriers. Au menu, nous vous proposons en entrée l’excellent Olympos, en plat de résistance le coopératif Space Hulk – Death Angel et en dessert Rattus. Nous accueillons à notre table ce soir Tuin, ainsi que l’habituel Jérémie.

Olympos

Après avoir expliqué rapidement les règles, puisque Tuin les avait lues avant de venir, regardé les vidéos sur Tric Trac TV, il ne fallait plus que faire une ou deux mises au point pour tout le monde.

La partie fut fluide, tendue, avec un Tuin qui décida rapidement de s’armer et de faire battre en retraite un Jérémie docteur/cavalier. Pixie axa son développement sur le religion (comme souvent) et Sempaï, égale à lui-même jouait pour le plaisir, oubliant qu’il avait dépensé 7 sabliers pour avoir la carte Oracle et ne s’en servant jamais. Toutefois, il parvint à obtenir 2 merveilles grâce à des territoires « étoiles » conquis et des cartes destins tirées au bon moment.

Le résultat final fut le suivant :

Joueurs Pixie Sempaï Jérémie Tuin
Positions 4 2 1 2
Prestige 12 0 4 12
Territoires 4 4 3 7
Atlantis 0 2 6 0
Découvertes 10 8 14 18
Spéciales 0 5 6 9
Merveilles 8 22 12 10
Destin 3 0 3 2
Kérès 0 -2 0 0
Total 41 41 49 60

Space Hulk – Death Angel

Découverte pour Tuin et Jérémie (qui était impatient d’y jouer), nous avons mis en place les Space Marines en formation et lancé notre offensive au cœur du Space Hulk. Les équipes retenues (au hasard) ont été :

Jérémie : Violet

Pixie : Jaune

Tuin : Bleu

Sempaï : Rouge 

La première salle a été relativement calme puisqu’à chaque phase d’action les space marines éliminaient tous les genestealers du plateau de jeu. Il faut dire que la présence du lance-flamme (Jérémie) est un avantage non négligeable. Nous avons pu pénétrer dans la salle suivante, et ce malgré la mort de frère Claudio, mort dans sa charge désespérée.

La seconde salle a été l’occasion de voir la mort d’Omnio suite à un déplacement d’un essaim face à lui afin de lui permettre d’utiliser son pion de soutien. Cependant, la malchance aux dés a fait qu’il est tombé au combat.

La partie s’est déroulé sans trop de heurts, conduisant même Jérémie à dire que le jeu était facile (à nous qui avions perdu en 4 tours quelques jours avant). Cependant la 4ème pièce a changé la donne. Mon personnage s’est retrouvé entouré par 5 genestealers à sa droite et 8 à sa gauche. Le lance-flamme, malgré tout le carnage qu’il a pu faire jusque là n’est pas parvenu à me sauver.

La dernière salle met en jeu les alphas, nous sommes encore nombreux et plein d’espoir. Toutefois, Pixie tombe au combat sous la masse de genestealers qui se rua sur elle. Tuin, Jérémie et moi tentons de résister, nous savons que si l’un de nous sort vivant de cette salle (en ayant tué les 2 alphas) nous aurons gagné la partie, je décide de me sacrifier pour libérer un peu de place pour Jérémie qui parvient à tuer un alpha. La pile de blip à gauche se vide, celle de droite aussi. Nous sommes encerclés de toute part et finalement Jérémie, par manque de chance aux dés, meurt, suivi le tour suivant par Tuin.

Nous aurons bien résisté mais il faut plus que cela pour sortir victorieux du Space hulk. Je tiens tout de même à préciser une chose, après relecture de la règle par Tuin, il s’avère qu’une erreur a été commise, à savoir que le déplacement, lors de la révélation d’une carte événement, concerne l’intégralité de l’essaim et non pas uniquement les genestealers du signe indiqué. De cette manière, cela pourrait permettre de gérer plus facilement les essaims avec une stratégie de mise en avant des bourrins soutenus par les autres Space Marines. 

Rattus

Avant son voyage autour de l’Europe, Jérémie avait fait l’acquisition d’un jeu par le plus grand des hasards (suite aux conseils avisés d’un vendeur) de Rattus. Le principe est simple, il faut parvenir à posséder le plus de jetons population après la dernière pandémie de peste.

rattus

Le plateau de jeu représente, en gros l’Europe. Sur chaque zone/territoire un rat, porteur de la peste est placé. A chaque tour, les joueurs vont devoir poser au moins un cube population sur le plateau de jeu. Ils pourront prendre une carte personnage (soit qui est disponible soit en la volant à un autre joueur), en appliquer les effets et déplacer le pion Peste (qui se répand tout au tour de lui).

Les rôles que vous allez pouvoir incarner vont être soit un prêtre, un roi, un chevalier, une sorcière, un paysan, etc. Vous pouvez accumuler autant de carte personnage que vous le désirez (et que les autres vous laisseront prendre) sauf que plus vous avez de personnages devant vous, plus vous avez de pions population dans un territoire et plus vous avez de chance d’être victime de la peste.

Il va falloir, durant tout le jeu, positionner ses personnages dans des zones plus calmes (sans rat), tenter de pourrir la vie des autres joueurs en déplaçant des rats, augmentant le niveau d’infestation, amenant la peste sur leurs territoires, etc. autant dire un jeu très sain et pour la paix des ménages.

Si vous connaissez Citadelles, vous retrouverez un peu de l’esprit du jeu, avec les rôles tournants (même si ici on peut garder le même si personne ne vient nous reprendre la carte), les coups en douce pour faire perdre votre adversaire, etc.

La durée des parties est courte, à peu près 30 minutes, pour 2 à 4 joueurs. La notre s’est terminée par la victoire de Jérémie, d’un rien :

Jérémie : 13 points

Tuin : 12 points

Sempaï : 9 points

Conclusion

Je pense qu’Olympos a bien plu à Tuin qui le découvrait, jugeant la partie tendue, nécessitant de faire des sacrifices et de varier sa tactique. De plus, le fait qu’il n’y ait pas une seule tactique applicable à chaque partie pour gagner fait que ce jeu se renouvelle à chaque fois. De plus, étant un joueur confirmé, on a très rapidement senti qu’il était à l’aise avec la mécanique et stratégie du jeu et qu’il n’était pas là pour rigoler (enfin si mais il a joué sérieusement pour tester les possibilités du jeu).

Je retiendrai également le fait qu’il ne faut pas être tête en l’air et oublier d’utiliser ses bonus obtenus via les tuiles découvertes et qu’il faudrait que je réfléchisse plus à une stratégie de jeu en regardant plus souvent le plateau des découvertes.

Space Hulk – Death angel est un très bon « petit » jeu coopératif, rapide, tactique, immersif qui nous conduit à nous prendre au jeu, à serrer les poings lorsque nous parvenons à survivre à une attaque de Genestealers à quelques tours de la fin de la partie. Le jeu tourne vraiment bien à 4 et il serait intéressant de le tester à 6 pour avoir 12 space marines partant à l’assaut de cette horde de genestealer.

Rattus était une découverte pour Tuin et moi-même et je dois dire que j’ai été agréablement surpris par ce petit jeu rapide, malin où les coups en douce sont obligatoires mais sans donner l’impression de s’acharner sur un joueur en particulier. Un jeu proche de Citadelles et que j’aurai plaisir à présenter à Pixie une prochaine fois et à rejouer à 3 ou 4 joueurs. Une vraie bonne surprise ! Vivement l’extension disponible à Essen cette année, intégrant l’Égypte ainsi que 2 joueurs supplémentaires (passant de 4 à 6 joueurs).

Publié dans Divers

Commenter cet article

Tuin 23/08/2011 08:52


Que des belles découvertes en ce vendredi soir !
Olympos a une belle dynamique pour un jeu de développement, qui se rapproche d'un Civilization sans les transactions (et donc avec une durée de jeu limitée). On retrouve le système de scoring sur N
axes, comme 7 Wonders et Race. C'est malin et rapide. Dommage pour Sempaï qui laisse facilement une dizaine de points en route en n'utilisant pas l'Oracle. Perso, j'ai vu qu'il y avait une
opportunité d'être le Méchant et de taper sur mes concurrents : je pense que vous m'avez un peu trop laisser faire ! ^^ Vivement la prochaine partie.
Rattus est très sympa dans son format, et l'utilisation de la carte change de l'approche "card only" dans ce type de jeu.
Death Angel, c'est du Space Crusade en quelques dizaines de minutes. C'est du bon, faites péter les machines à viander ! J'ai le sentiment qu'il y a pas mal d'apprentissage pour passer du stade
"soumission et chance" au stade "planification et optimisation". Pour l'Empereur !