La fessée de Milady

Publié le par Sempai

milady

Après un vote unanime à propos du jeu de cette nouvelle, et trop rare, soirée JdP, nous avons sorti et installé le plateau des Mousquetaires du Roy. Pour cette nouvelle aventure, un jeune bretteur s’est joint à nous en la personne de William. Pensant endosser le rôle de Milady pour cette soirée,  je cède finalement ma place à un Laurent très motivé. Du fait d’être 5 mousquetaires (la capitaine de Tréville et sa figurine sont de la partie), le compteur temps débute au second cran ce qui éberlua l’ensemble de joueurs. Certain de sa force, Laurent, très magnanime, s’offre le luxe de remettre ce fameux compteur temps à zéro, prétextant avoir de quoi nous faire perdre la partie en très peu de tours de jeu. Difficile de ne pas le croire après les précédentes parties et nous acceptons ce geste si généreux, quoiqu’un peu trop présomptueux et nous nous jurons de lui faire regretter son arrogance.

Les rôles ont été attribués en partie au hasard, en partie par affinités, ce qui nous donne la composition suivante :

          - Fish : D’artagnan,

          -  Flo : Athos,

          -  Jérémie : Tréville,

          -  Laurent : Milady,

          -  William : Aramis ;

          -   Sempaï : Porthos.

 

L’entame de la partie se déroule par la disparition de Constance associée à la présence de Biscarat à Paris, alors qu’au Louvre l’affaire des poisons se voit compliquée par le positionnement d’un sbire et de Boisrenard. La perfidie de Laurent ne s’arrête pas là, il décide d’ourdir un complot contre le Reine, lui faisant perdre un premier point d’honneur.

Une fois les cartes positionnées, Fish part dans une tirade quelque peu hors contexte temporel en déclamant que Laurent allait rentrer avec les 2 genoux cassés. Cette phrase d’ encouragement lui a permis de réussir en 2 actions le défi posé à Paris et à défaire Biscarat au cours de sa troisième action. La première intervention d’un mousquetaire s’est donc conclue par l’élimination d’une carte Paris à la grande surprise de Laurent. Flo en profite alors pour acheter un pistolet, augmenter sa noblesse et pose 2 épées pour défendre La Rochelle. William, déjà présent sur les lieux enfonce le clou en y déposant 4 de plus. A la fin du premier tour, la première case de la quête des ferret est découverte, La Rochelle est en bonne position pour être remportée par les mousquetaires et à Paris tout est calme.

Le second tour est l’occasion pour Milady de déposer une nouvelle carte Paris avec « un message pour la reine » accompagné par Lubin, Jussac et des voleurs. Porthos tente de poursuivre son avancée sur le premier plateau de la quête des ferrets mais se heurte à Rochefort. Ce dernier lui mit une correction en lui faisant perdre 4 points de vie en trois combats, tout en lui plaçant une attaque spéciale. Heureusement, dans un geste désespéré, Porthos parvient à toucher Rochefort ce qui le fait fuir dans les quartiers de Milady, laissant la voie libre pour les autres mousquetaires. Cet acte permet à Aramis de progresser jusqu’à la  seconde case de la quête des ferrets.

Tout ceci n’est pas du goût de Laurent qui décide d’embastiller D’Artagnan. Pothos, sachant qu’il ne peut pas, à ce tour, résoudre les défis qui seront proposés sur le second plateau des ferrets, décide de terminer le premier plateau. D’Artagnan, après avoir corrompu un garde, sort de la Bastille pour résoudre l’affaire du Louvre. De plus, au cours de l’affrontement à La Rochelle, il nous permet de remporter une carte « Un pour tous », carte tant convoitée depuis que nous jouons au jeu et qui nous a toujours échappé.

Il n’en faut pas plus pour que Laurent décide de déclencher l’état d’urgence. Malgré la présence du sablier et de la pression qu’il génère, les mousquetaires sont parvenus à résoudre la carte Paris (Athos), finir le second plateau des ferrets grâce à D’Artagnan pour les défis et Aramis pour l’affrontement avec De Wardes, en lui plaçant une botte secrète. Et pour finir, Tréville nous fait gagner 2 pions épopée en évinçant la carte du Louvre.

Cela en est trop pour Milady, elle décide de séquestrer Constance, en plaçant Cavois comme garde du corps et d’isoler les mousquetaires.

Le troisième plateau des ferrets est l’occasion d’assister à une confrontation mythique entre D’artagnan et Rochefort, qui se conclut par une botte secrète de par et d’autre.

Souhaitant voir le temps passer plus vite, la perfidie de Milady se traduit par le fait de jouer une carte impasse, mais peu importe, nous sommes encore loin d’être à la fin du temps imparti et du fait de posséder 9 points épopée, nous avons la possibilité de n’avoir qu’à résoudre un défi de niveau 8 sur les 4 proposés. Notre choix s’étant porté sur la galanterie de Porthos, une longue discussion s’est mise en place afin de déterminer comment parvenir à maximiser nos actions et remporter cette victoire qui nous échappe depuis le début.

Laurent, ne souhaitant pas nous laisser encore plus de temps pour réfléchir, joue une nouvelle fois une carte urgence, mais il est trop tard, sachant que Rochefort a une très forte probabilité d’être à la quête des ferrets pour nous empêcher de remporter la victoire, qu’il y a un pourcentage de chance énorme pour qu’il batte Porthos lors de leur affrontement, D’Artagnan engage le combat avec l’homme de main de Milady qui se fait blesser à nouveau, fuyant la quête et laissant le champ libre à un Porthos auréolé de ses 8 en galanterie.

Conclusion

Encore une fois, ce jeu est vraiment excellent, très dynamique dans lequel tout le monde participe à la même hauteur. Laurent/Milady a même reconnu s’être bien amusé dans son rôle de comploteur. Sa stratégie a été bonne, celle d’orienter notre défaite vers l’honneur de la Reine, cependant, les choses ont tourné en notre faveur et malgré les deux cases « »temps » données en début de partie, nous aurions tout de même remporté la victoire puisque nous étions à quatre tours de la fin de la partie.

Pour ma part, j’en suis à souhaiter une extension, peut-être par l’ajout de nouvelles cartes Paris, embuches, etc. pour Milady. Hâte de rejouer à ce jeu !

 

Publié dans Mousquetaires

Commenter cet article