Des secrets vraiment pas jolis

Publié le par Sempai

Ce soir, après la lecture enthousiaste du jeu Dirty Secrets, édité par La Boîte à heuhh, l’amorce passionnante de partie au cours du dernier festival du jeu de Toulouse en présence du fondateur de cette maison d’édition, je me devais de faire découvrir cet excellent jeu narratif à ma tablée. Pour cette occasion, j’ai invité 3 joueurs afin de mettre à jour des secrets inavouables. Ont répondu à l’invitation :

          - Flo

          - Laurent

          - Tuin

          - Sempaï

Dirty Secrets

Le principe du jeu est simple. L’un des joueurs incarnera durant toute la partie, l’enquêteur. Pour notre session, c’est Laurent qui a pris la décision d’endosser ce rôle. Le reste des joueurs incarneront à tour de rôle l’autorité et les conseillers. Au début du jeu, un crime est commis, pour lequel une victime et un suspect sont désignés puis, au fur et à mesure de la soirée, d’autres crimes auront lieux pour lesquels l’enquêteur se devra de les résoudre. Je vous invite à vous rendre sur le site de La Boîte à heuhh sur lequel vous trouverez de plus amples explications, en texte et en vidéo, à propos des règles, ainsi que de nombreuses aides de jeux.

 

Situation de départ :

Enquêteur (Laurent) : Jean Salomon, 40 ans, riche commissaire

Victime : Simon Carré, 60 ans, classe moyenne et ex-détenu

Suspect : Florent Azulet, 29 ans, riche et ex-détenu

Crime : Enlèvement de Simon.

 

Pour le lien entre l’enquêteur et l’enquête, Jean (enquêteur) se retrouve lié au suspect, Florent, qu’il a arrêté il y a 10 ans pour trafic de drogue.

Simon Carré a été enlevé entre le bar Le Basque et son domicile. Jean avait arrêté Florent 10 ans avant pour trafic de drogue sans pour autant donner son commanditaire. Il a été emprisonné 5 ans à la prison de Seysses où il a fait la rencontre de Simon Carré.

 

Scène 1 : Jean décide de se rendre sur le lieu de l’enlèvement, afin d’y faire une enquête de voisinage. Ce lundi matin il pleut. Il rencontre une jeune femme blonde de 25 ans partant à son travail qui lui dira avoir vu deux hommes (dont un black avec des dreadlocks) aidant un homme âgé, semblant être ivre, à monter dans une voiture. Les deux hommes n’ont pas 30 ans.

 

Scène 2 : Le commissaire va voir Florent à 11h du mat’, ce dernier travaillant à Evernet, une start-up. Il parvient à prendre un quart d’heure pour discuter avec le commissaire à propos de Simon Carré. Il dit ne pas l’avoir vu depuis 5 ans et s’emporte accusant le commissaire d’harcèlement et de diffamation.    

 

Scène 3 : Au bar, Le basque, David Etcheria, le propriétaire, dira avoir vu Simon le dimanche soir accompagné par une jeune femme, Julianna Roux, 25 ans (héritière des meubles Sicre). Florent était également présent et aurait parlé à Simon d’une dette que ce dernier aurait envers lui.

 

Scène 4 : En allant à l’appartement de Julianna, cette dernière ne répond pas. C’est une étudiante en psycho au Mirail. Devant est garé une polo rouge défoncée, très ancienne (la preuve elle porte encore des vignettes sur le pare-brise). La musique est à fond permettant à l’enquêteur de rentrer dans l’appartement en toute discrétion. 4 jeunes filles sont vautrées en regardant la télé, une bouteille de whisky à la main. Elles refusent de répondre aux questions du commissaire, c’est alors qu’un jeune homme black, dreadlocks sur la tête, sort des toilettes et s’enfuie dans la rue. Une course poursuite s’en suit, finissant par la fuite du jeune homme en utilisant le métro, après avoir surpris l’enquêteur d’un coup de pied bien placé.

 

Scène 5 : Revenant à l’appartement de Julianna, en ayant quelques difficultés à marcher, cette dernière est partie en prenant sa voiture. Les 3 autres jeunes filles sont encore là et s’amusent à faire tourner en bourrique le commissaire. Il reçoit alors un appel lui signalant que la voiture vient d’être aperçue au fond du canal, le corps ayant disparu.  

 

Scène 6 : L’enquêteur lance une scène de révélation mettant en évidence un lien familiale entre Florent et     Julianna. La polo est effectivement au fond du canal et un homme âgé, témoin de la scène, déclare avoir vu un cascadeur, en jogging violet, sauté de la voiture en marche et montrer dans une BMW noire. Retournant à l’appart de Julianna, le commissaire trouve une photo de Julianna communiante avec Florent à la place du cousin. Il en profite pour récupérer la bouteille de whisky pour la faire analyser mais le plus important est le fait d’avoir retrouvé un appareil photo numérique dans la chambre de Jordan N’bouti (qui vient de s’enfuir via le métro) sur lequel on retrouve des photos de Simon Carré accompagné des 4 jeunes filles présentes dans l’appartement, durant un pique-nique.

 

Scène 7 : L’enquêteur retourne voir Florent, aux Carmes. La porte est entrouverte, un long sanglot d’une femme se fait entendre. L’appartement est richement décoré. Il retrouve Diane, tenant un couteau, devant le corps ensanglanté et perforé à 14 reprises de Florent. Suite à la demande de casier de Jordan, il s’avère qu’il un casier long comme le bras, incarcéré à Seysses pour trafic de drogue et voie de faits. Simon carré, lui, était emprisonné pour proxénétisme.

 

Scène 8 : Jean va voir Juliannaa qui a été internée à Rangueil. Elle lui révèle que Flo est son demi-frère. Elle n’aurait pas pris sa voiture pour s’enfuir amis le métro, ce qui signifie qu’on lui a volé sa voiture. L’enquêteur apprend qu’un certain Ibrahim Ban Abr, ami de Julianna, était dans l’appartement lorsque Jean est veun la première fois et portait un jogging violet. Selon les experts travaillant sur la voiture, les freins auraient été sabotés et le coffre renfermerait des dollars et 3 faux passeports argentins (un pour Julianna, un pour Jordan et un pour Ibrahim). Mais suite aux diverses questions de l’enquêteur qui ne font pas avancer l’enquête selon Julianna, elle se jette sur lui et le frappe violemment avec un plateau repas lui pétant l’arcade, le frappant à la jugulaire, le tout accompagné d’une cheville tordu du fait de sa chute.

 

Scène 9 : Jean demande une scène de révélation qui lui apprend que Florent et Simon appartiennent à la même famille aux aussi. Il décide alors de retourner voir le barman (David) qui lui révèle que Simon Carré était le beau-père de Julianna et Florent. La résolution du premier crime conduit à voir Jordan N’bouti être l’auteur de l’enlèvement de Simon Carré. De plus, au cours de la discussion avec David, ce dernier avoue être victime d’un chantage pour transformer son bar en truc louche, avec des filles vendant leur corps.  

 

Scène 10 : Jean se met en route pour rencontrer Mireille Carré (femme de Simon) qui lui dit que ce dernier n’habite plus ici depuis 3 mois. Selon elle, Ibrahim connaissait bien Simon mais à l’annonce de la mort de son fils, de l’internement de sa fille, le cœur de Mireille cède.

 

Scène 11 : Ne sachant pas trop où aller et n’ayant plus que Stéphanie Mauroy comme piste (une des 3 jeunes filles présentes dans l’appartement de Diane), Jean se dirige vers la cité universitaire du Mirail. On y apprend qu’elle entretient une relation avec Ibrahim et que Simon Carré est l’auteur du chantage sur David Etcheria.

 

Scène 12 : Dans le quartier St Michel, lieu de vie d’Ibrahim, une confrontation entre ce dernier et Jean se conclue par la chute dans les escaliers de l’enquêteur.   

 

Scène 13 et finale : Les joueurs étant parti dans une direction impossible à terminer autrement que par l’intervention de forces de l’ordre digne du GIGN, du plan épervier, nous finissons par la fuite d’Ibrahim et Jordan avec un otage (Simon Carré), otage qui sera tué lors de la fuite révélant une sombre histoire de lutte générationnelle de gangsters donc Florent, qui souhaitait vraiment se ranger a été l’une des victimes.

 

END

Cette partie a duré 5h15 (explication des règles incluses).

 

Conclusion

La soirée a été passionnante et l’histoire tendue.

Le fait de ne pas avoir de certitudes concernant les auteurs des crimes (par la narration) et de dépendre du système de jeu (pour les définir) a un peu déstabilisé les joueurs, même si au final entre la narration et la résolution des crimes tout a été cohérent. Il est vrai qu’à certains passages du récit, un sentiment de stress sur la manière de raccrocher tous les éléments mis en place peut subvenir mais à partir du moment où la narration est cohérente, toutes les pièces du puzzle se mettent en place naturellement.

La mécanique de résolution des conflits semble être accessoire, un peu artificielle, mais son utilisation n’étant pas si régulière, on a vite fait de l’oublier pour se concentrer sur ce qui est l’essentiel du jeu : l’histoire !

Même si les autres joueurs n’ont pas été conquis à 100%, je n’en reste pas moins convaincu que ce jeu est un excellent jeu qui mérite qu’on s’y arrête et qui aura droit à une session de rattrapage en compagnie notamment de Fish et Jérémie.

Publié dans La boite a Heuhh

Commenter cet article